Caille de chine ou caille peinte

Origine

La caille peinte vit à l’état naturel dans le Sud-est asiatique, la péninsule indienne et la côte Est de l’Australie.

Image1

On la retrouve dans les prairies, les zones de broussailles, les champs cultivés et les forêts. Elles vivent en petits groupes de 6-7 individus. On distingue 10 sous-espèces différentes.

Espérance de vie

Dans la nature, les cailles de chine vivent en moyenne trois ans.  En captivité, la longévité est de 6 ans.

 

Caractéristiques physiques

C’est un oiseau terrestre : les pattes sont fortes et les ailes courtes.

Le bec puissant sert à fouiller le sol.

La forme sauvage est à dominante brune. La caille peinte mesure en moyenne 12 cm.

 

Mutations

De nombreuses couleurs existent chez la caille de chine. Il existerait une dizaine de mutation de base, qui se combineraient entres elles pour donner toute une gamme de coloris.

Différenciation des sexes

La femelle est plus terne mais le principal dimorphisme sexuel reste la bavette blanche bordée de noire du mâle, qui part d’en dessous du bec pour s’étaler sur la gorge et le haut de la poitrine. Cette bavette est absente chez la femelle.

 

Alimentation

Omnivore, elle se nourrit principalement de graines (le mélange pour canaris est excellent) avec un apport en protéine pouvant provenir de moulé à faisan ou à poussin, de pâté aux œufs du commerce, d’œufs cuits dur ou d’insectes. Les vers de farines sont faciles à trouver en animalerie et sont peut couteux. On trouve également des pâtés aux insectes séchés dans plusieurs commerces pour animaux. On mettra également à sa disposition du gravier et de l’eau propre et fraiche. Une grappe de millet, des graines germées, quelques fruits et légumes occasionnellement viendront ajouter à son bien être.

Chant

Son chant est très varié et singulier, mais pas désagréable. Son originalité, apporte une note de fantaisie dans l’ambiance sonore de vos volières. Toutefois, si vous isolez une caille de ses congénères, surtout un mâle, il appellera alors d’un cri particulier jusqu’à retrouver un compagnon.

Logement

 

Prévoir une cage d’un minimum de 60 cm de longueur par 40 cm de profondeur pour deux individus. La hauteur n’est pas vraiment importante puisque la caille restera au sol. Les perchoirs sont inutiles car elle n’ira pas se percher non plus. Toutefois, si la cage n’est pas assez haute l’oiseau peut se blesser mortellement en frappant le haut de la cage lors d’un moment de panique. Si vous logez vos cailles dans une cage basse (moins de 40 cm) recouvrez le haut de votre cage d’une mousse épaisse ou choisissez un grillage souple en guise de toit.

 

Installer l’eau et la nourriture dans le bas de la cage. Pour leur bien être, donnez leur la possibilité de gratter le sol et de prendre des bains de terre ou de sable. Des cachettes seront également utiles.

Elles aiment également prendre un bain dans l’eau occasionnellement.

Vous pouvez installer vos cailles dans une volière occupée par des pinsons. Toutefois, prenez garde à ce qu’il n’y est pas trop d’oiseaux, car elles seraient souillées par les fientes des occupants du haut.

Reproduction

 

Cette espèce serait monogame. Par contre les opinions divergent et plusieurs choisissent plutôt d’installer un mâle avec 3 ou 4 femelles.  Il faudra donc observer attentivement vos futurs parents lors des premiers jours de cohabitation pour déceler toute trace d’agressivité.

La durée d’incubation est de 16 à 19 jours, les pontes sont de 7 à 9 œufs. Les femelles domestiques pondent presque toute l’année, ne s’arrêtant que deux jours entre deux séries d’œufs.

A la naissance, les poussins sont très vifs et curieux. Ils ne cessent de se promener et

d’explorer.  A quatre semaines, le plumage permet de sexer les jeunes. Ils seront aptes à se reproduire dès trois mois.

 

Les poussins de caille sont nidifuge. Ils s’alimentent seuls. Il est préférable de leur fournir de la moulé pour poussin écrasée très fine. Les graines et la pâtée seront rajoutées progressivement à la moulé à partir de la troisième semaine. Ils ont également besoin d’une source de chaleur artificielle ou de leur mère s’ils sont élevés naturellement.

 

 

 

Si vous désirez qu’elle se reproduise et couve ses œufs, une grande volière bien aménagée avec des plantations est nécessaire. Prévoir des recoins à l’abri des regards ou la femelle pourra couver tranquillement. Garder aussi en tête que le bébé caille peut se faufiler dans de minuscules espaces. Il faut donc que la volière n’est aucun espace qui permettrait à un bébé de s’échapper.

 

Mais même dans ces conditions, certaines femelles, nées en couveuse, aurait semble t-il perdu tout instinct de reproduction. L’incubation naturelle est rare et la plupart des éleveurs ont recours à une couveuse artificielle.

 

 

Copyright: Isabelle, avec deux ailes

Laisser un commentaire