La Polyfoliculite

Je vous présente Yellowstone. Yellowstone est un petit Inséparable d’environs 4 ans qui m’a été confié contre bon soin. Je suppose fortement que Yellowstone provient d’un élevage qui l’ont élevé à la main sans aucune socialisation avec d’autre oiseaux. Donc, YellowStone avait certains problèmes de comportement, tel le fait qui nous prenait pour des partenaires sexuels et essayait de nous nourrir par la régurgitation… Heureusement Yellowstone à rencontré un joli inséparable Bleu et blanc et ils sont devenu un petit couple ce qui a grandement amélioré ses problèmes.

À son arrivé chez moi il y a plus de 1 ans, suite à sa quarantaine, j’ai remarqué qu’il faisait du picage dans le cou. Rien de trop intense. J’ai tout suite modifié son alimentation et pris un rendez vous de routine avant son intégration dans mon groupe d’oiseaux et pour en savoir plus sur son picage. Mon vétérinaire aviaire a pris à peine quelques minutes pour nous confirmer son pronostic. Yellowstone souffre de Polyfolyculite (Polyfolyculose).

La polyfoliculite est une maladie génétique, donc non-contagieuse, qui provoque, comme son nom l’indique, la pousse anormale de plusieurs plumes dans le même “pore de peau”. Ce qui cause de lourdes démangeaisons et douleurs qui poussent l’oiseaux à faire du picage. Heureusement, cette anomalie ne devrait toucher seulement la zone du cou et des épaules! Donc les rémiges ne sont pas à risque!

La polyfoliculite est de plus en plus répandu chez les inséparables par le fait de mauvais mélanges génétique afin, du moins le plus souvent, d’obtenir des couleurs rares et recherchées! Un oiseaux atteint de cette maladie ne devrait donc jamais se reproduire. Tous les gens qui pratiquent élevage doivent avoir ou développer des connaissances sur la génétique afin d’éviter se genre de maladie qui ne soigne pas! Et en tant qu’acheteur, nous devrions toujours nous assurer que nos oiseaux ont bien été socialisés, que élevage est testé régulièrement contre les 5 principales maladies aviaires, et que l’éleveur connait la génétique de leurs couples, leurs provenances et qu’il ne prend pas de risques irresponsables dans l’unique but d’avoir des oiseaux aux couleurs rares.

Yellowstone aura toujours sa maladie. Le vétérinaire nous a dit qu’on doit souhaiter que le problème se calme par lui même. En cas de grosse crise, on peut lui donner des anti-inflammatoire, mais seulement à court terme. Il y aurait aussi toujours la possibilité de lui poser un collier de type anneaux pour l’empêcher de s’arracher les plumes. Enlever les plumes problématique nous-mêmes est encore moins une option, puisque celles-ci repousseront, et peut-être de façon encore plus grave et douloureuse pour l’oiseaux.

J’espère vous avoir éclairé sur la polyfoliculite et n’oubliez pas de toujours bien choisir l’endroit et l’éleveur de vos futurs dinosaures à plumes.

 

Par Maxime Riverin

de 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *